EN ROUTE POUR DE NOUVELLES AVENTURES !

4 septembre 2018

Nouvelles régulières

Mardi 4 Septembre : deux lycéens, et la vie continue…

dig

La route est longue pour aller à Oléron, mais elle nous dit bien des choses sur nos choix, sur nos vies, sur notre lien.

Cette fois, la musique devait être un peu plus forte pour expliquer mon mal de tête après nos deux heures et demie de route. Pendant lesquelles je me suis concentrée sur la musique, sur les mots qu’Emmie me débite au rythme effréné du lâchage de ses tensions à l’idée de son retour sur l’île, sur nos trois dernières années, sur mes pensées qui sont venues puis reparties sans prévenir, sur sa rentrée, autant que celle de Louis.

Non, je ne ferai pas de parallèle entre sa rentrée à lui, en internat, dans un projet personnel, à l’aube de ses quinze ans et celle qu’aurait dû faire sa sœur il y a trois ans… Non, je ne me dirai pas qu’elle part accomplir le sien, dans un lieu qui lui évoque autant le passé que son avenir, pour commencer sa première à l’aube de ses dix-huit ans, alors que ses amis partent en fac dans des appartements qui leur apprennent l’autonomie. Non, je ne me dirai pas que nous avons l’air décalées sur cette route, à prendre le pont dans le sens inverse de tous ceux qui repartent à la fin de leurs vacances. Je ne me dirai pas non plus que je vais me retrouver seule à la maison, jeune quinquagénaire avec son chat sur les genoux qui regarde grandir et partir ses enfants…

Ou plutôt si, je me dirai tout ça, et bien plus encore, mais dans le bonheur, dans des sourires intérieurs, dans la conscience de la chance que nous avons de pouvoir ressentir toutes ces ambivalences en regardant la vie qui nous ouvre ses bras, qui nous permet de continuer à avoir des projets, d’y œuvrer chacun de notre côté dans la plus pure reconnaissance de notre pouvoir sur elle. Je suis heureuse et fière de voir là où nous en sommes. Tous les trois.

Une semaine après cette très belle fête qui nous a réunis pour mes cinquante ans où, entourée de mes proches, famille, amis, ceux présents, comme ceux absents qui ont fait part de leurs messages, où « le comité d’organisation » a assuré à fond pour que tout se passe dans une belle dynamique, une belle harmonie, où les émotions du discours d’Emmie (d’une bouleversante sincérité, plein d’elle et de nous, de respirations, de silences et de mots forts) et des autres témoignages émouvants ont chamboulé mon cœur,…une semaine après, nous sommes au démarrage de nouvelles aventures.

Elle est installée dans sa nouvelle chambre, posters collés aux murs, peluches et couverture douces posées sur son lit, cahiers et stylos prêts à accomplir leurs tâches, wifi branché, sac de courage pré-rempli et appréhension bien présente. Qu’à cela ne tienne, nous passons une douce soirée toutes les deux à partager un repas spécial pré-rentrée (après « l’apéro » spécial aussi, pris tous les trois ce midi avant de partir) et nous la finissons tranquillement allongées sur son lit, moi lui massant longuement le dos pour la détendre (autant que pour me détendre) afin de dénouer les quelques noeuds qui y logeaient. Puis je la laisse pour sa première nuit dans son nouvel univers, pas si nouveau puisque nous y croisons quelques soignants connus qui nous accueillent avec plaisir, en lui donnant rendez-vous pour demain matin.

Elle est prête, impatiente, nerveuse, mais souriante ! Elle accepte la « traditionnelle » photo du jour de la rentrée, et joue le jeu.  sdrEt je suis fière d’elle ! Nous partons pour les cinq minutes de route qui nous emmènent au lycée. Elle râle. Pour la forme. Je souris. Pour répondre à ses formes. Mais nous savons bien que nous franchissons une étape de plus. Nous arrivons à l’heure pour cette première rencontre, pour cette journée d’intégration où tous les élèves participent, pour ce premier discours de bienvenue qui prônent les grandes valeurs de partage, de projet collectif autant qu’individuel, de co-construction d’un avenir où chacun a sa mission. Nous sommes heureuses de revoir certains professeurs qui avaient été très présents auprès de nous il y a deux ans, et qui, à n’en point douter, le seront encore. Elle a une AVS qui l’attend et nous faisons de suite connaissance dans la simplicité de premiers échanges chaleureux. Nous sommes au soleil, assises dans l’herbe de la « cour » de ce lycée bienveillant (voir la photo ci-dessous) et je sais… que je ne me suis pas trompée, qu’elle est bien à sa place ici, bien mieux qu’ailleurs, que c’est dans ce lieu et entourée de ces êtres humains-là, qu’elle va pouvoir poursuivre son chemin, le plus adapté pour elle. Elle le sait aussi, elle l’a compris au fur et à mesure de l’année passée. Et si elle fait mine de ne pas s’en souvenir ce matin, au moment où je dois partir et qu’elle m’enlace tendrement devant tout le monde, elle sent tout au fond d’elle que nous avons pris la bonne décision. 20170210_151056Avant de reprendre la route, je passe au centre de réadaptation rencontrer nos interlocuteurs habituels, là aussi  heureuse de constater que les liens se retrouvent de suite, que nous ne les avons jamais perdus, que c’est un plaisir de les partager. Je fais toutes mes transmissions, amicales, administratives, médicales et je m’en vais. Sans me retourner. Avec ma musique, plus douce qu’à l’aller, accompagnées de pensées plus volages. Et rassurée. Ce sera ma transition, juste le temps de rentrer à la maison, de rejoindre mon grand Louis pour préparer une autre valise, apaiser un autre enfant…

Il fait semblant de jouer au dur, au grand, à celui qui n’a peur de rien. Là encore, je souris. Et nous rions de ces préparatifs, de ces listes que j’ai faites à l’avance où l’on coche que rien ne manque, de ces papiers à remplir et ne pas oublier, de ces détails que nous lisons des règlements intérieurs de son nouvel établissement qui seront sa feuille de route pour sa nouvelle vie. Mon « bébé » passe en seconde, part au lycée, va découvrir un nouvel environnement inconnu. Et moi, j’assiste, active et éberluée, à l’éclosion d’un ado qui mûrit ses décisions, à la preuve que tout avance, à la joie intérieure que je ressens de voir mon fils tirer déjà les leçons de cette drôle de vie que nous avons menée.Je suis là, à voir que la roue tourne et qu’une partie de ma mission est accomplie. Il reste du chemin, pour sûr, mais je suis prête. Eux aussi. C’est ce à quoi nous trinquons tous les deux, ce soir, pour fêter cette belle étape.

Quand je pars au matin pour aller travailler, il dort encore. Profite mon grand, profite de ces derniers instants de vacances, où j’ai lâché bien plus que les autres années pour te laisser ton espace de liberté. Parce qu’en rentrant ce soir, tout s’enclenche. Chargement de la voiture, une caresse au chat, un regard l’air de rien sur ta maison. Et vroom, on y va ! Dans l’humour, dans le délire presque, comme chaque fois que l’on évite d’être sérieux. Arrivée devant le lycée, installation dans son internat, premiers regards croisés…et c’est parti pour cette nouvelle aventure. Regarde devant, tout t’attend. Et c’est lumineux. Comme un soleil qui se lève, comme une aurore qui annonce un jour nouveau et prometteur. C’est bien remplie de tout cela que je le laisse. Intimement persuadée que tout est encore à vivre. Y compris ma propre vie que je vais pouvoir prioriser un peu plus. En attendant, je les retrouve tous les deux dès ce week-end…sdr

sdr

 

 

 

 

 

 

Une réponse à “EN ROUTE POUR DE NOUVELLES AVENTURES !”

  1. Michèle Douel Dit :

    Bonjour Valérie, merci pour ce nouvel épisode de ta vie de Maman, que je viens de lire. C’est agréable de se rendre compte de l’avancée de ton clan, sur un chemin moins chaotique. J’espère que cela va continuer. À bientôt. Michèle

    Répondre

Laisser un commentaire

Bla Bla Ste Flaive |
Lemon69 |
ClassRoom |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fred Against The Team 76-2701
| Hommage à Mambo
| Kezakomamansetfuturesmamans